samedi 4 novembre 2017

l'Armorial de La Planche - 1669 - Gouvernement de Languedoc - le pays d'Albigeois

S   uite de la visite d'un des plus anciens manuscrits répertoriant des armoiries de villes et de villages de France, dessinées à la plume et peintes à l'aquarelle, antérieur de trois décennies à l'Armorial Général de France de Charles d'Hozier ! Voir la description initiale : →

Nous poursuivons avec la découverte du "livre" (c'est l'appellation donnée à une section d'un manuscrit, qui est lui-même divisé en chapitres) consacré au Gouvernement de Languedoc.  Après le premier chapitre consacré à la Sénéchaussée de Toulouse, nous nous déplaçons juste à côté dans les pays de l'Albigeois et du Castrais. Voici donc le deuxième chapitre .


     Revenir à l'épisode précédent →





Voici l'extrait d'une carte datant de la fin du XVIIIe s. , donc postérieure d'un siècle, mais sur laquelle j'ai reconstitué les limites administratives de notre région :
 Vous pouvez cliquer sur toutes les images pour les agrandir 






Les fragments de manuscrits proviennent cette fois du Volume II. Pour enrichir l'étude, j'ai mis en bonus l'extrait équivalent dans l'Armorial Général de France* (1696-1711), établi par Charles-René d'Hozier, et comme auparavant, j'ai placé le blason actuel en-dessous, pour comparer les différences ou au contraire la constance des figures dans le temps.

(*)  Armorial Général de France  -  volume XIV  -  Languedoc 1ère partie  
       Armorial Général de France  -  volume XV  -  Languedoc  2e partie  (BNF Paris)


Albi (Tarn)

La tour à deux portes symbolise l'ancienne cité fortifiée, protégée le jour (le soleil) et la nuit (la lune) par le léopard, symbole de courage et de vigilance. La crosse épiscopale, remplacée à la fin du XVIIIe siècle par une croix archiépiscopale (l'évêché d'Albi fut érigé en archevêché le 3 octobre 1678) représente le pouvoir des Comtes Archevêques d'Albi. A noter que sur le dessin de d'Hozier cette crosse/croix est absente.


cliquer sur le lien ci-dessous pour lire la suite :
.

Castres (Tarn)

  Dans la marge droite du manuscrit, nous pouvons lire sous la description du blason (qui au passage ne comprenait pas encore le chef fleurdelisé),  la devise de la ville : "DEBOUT" surmontée d'un petit symbole triangulaire. Ce signe est en réalité une chausse-trappe et elle figure toujours actuellement en cimier de l'écu (voir → ICI). C'est parce que cet objet ne peut jamais tomber sans avoir une pointe dressée vers le haut, que la devise "DEBOUT" atteste que les hommes devaient toujours être "debout" pour le service de Dieu et de leur Roi.
  Le blason utilisé actuellement est le même que celui publié dans l'Armorial des États de Languedoc par Denis-François Gastelier de La Tour, édité en 1767 (voir → ICI), avec une autre hypothèse développée par l'auteur pour expliquer la présence de la chausse-trappe.




Gaillac (Tarn)

  En cette année chinoise du Coq, nous pouvons admirer ces armes parlantes, gallus étant le nom latin du coq, comme chacun sait. Le symbole remonterait au XIIIe siècle en apparaissant sur les premiers sceaux de la ville. L'Armorial Général de France présente la particularité rare, mais pas unique, de répertorier deux fois le même blason pour la même ville : dans le tome I du Languedoc (volume XIV), page 305 et dans le tome II (volume XV), page 2365. On peut espérer que les trésoriers de la municipalité n'ont pas été contraints de payer deux fois les 50 livres tournois dues aux finances du royaume pour l'enregistrement de ces armoiries à l'époque !




Rabastens (Tarn)

Encore de belles armes parlantes pour cette ville, avec le terme latin raba = la rave,  le navet comme on l'appelle aujourd'hui.  L'Armorial Général de France n'a pas relevé ces armes parlantes et a attribué d'office à la cité des armoiries abstraites.
  Le blason utilisé actuellement est le même que celui publié dans l'Armorial des États de Languedoc par Denis-François Gastelier de La Tour, édité en 1767 (voir → ICI).



Briatexte (Tarn)

 Le manuscrit de La Planche nous révèle des armoiries oubliées et encore une fois des armes parlantes avec cette tête, ou "teste" selon la graphie ancienne, brochant sur un semé de fleur de lis.
 Le blason utilisé actuellement est le même que celui publié dans l'Armorial des États de Languedoc par Denis-François Gastelier de La Tour, édité en 1767 (voir → ICI).





Le blason utilisé actuellement est le même que celui publié dans l'Armorial des États de Languedoc par Denis-François Gastelier de La Tour, édité en 1767 (voir → ICI).



Graulhet (Tarn)

 Très souvent, on l'a déjà vu, l'auteur du manuscrit a préparé comme ici,  un emplacement pour y dessiner les armoiries des villes pour lesquelles il a rédigé un descriptif. Mais les écus sont restés désespérément vides. Nous en ignorons la raison : manque d'information fiable, manque de temps, on ne le saura jamais.
  L'Armorial Général de France présente cette fois deux blasons différents et attribués d'office qui plus est, ce pour la même ville et enregistrés dans le même tome II (volume XV) consacré au Languedoc, pages 2203 et 2269. Seule différence : l'orthographe du nom de la ville écrit avec ou sans h après le l !
  Le blason utilisé actuellement est le même que celui publié dans l'Armorial des États de Languedoc par Denis-François Gastelier de La Tour, édité en 1767 (voir → ICI).



[_)-(_]


D'autres lieux ou villes sont juste décrits par le texte :

- avec un contour de blason vide, et sans description comme pour Graulhet : Réalmont, Lisle (-sur-Tarn), Saint-Amans (-Valtoret).

- sans blason ni mention s'y rapportant :  Capdeloin (Cadalen), Valence (-d'Albigeois), Cordes (-sur-Ciel), Cahuzac (-sur-Vère), Castelnau-de-Montmirail, Monestiés, Dénat, Penne, Puycelsi, Pampelonne, Villeneuve (-sur-Vère), Villefranche (-d'Albigeois), Castelnau-de-Lévis, Laguépie, Lacaune, Roquecourbe, Montdragon, Fiac.

 # cependant, quelques années plus tard, certaines villes et lieux (en gras, ci-dessus) ont été enregistrés et blasonnés dans l'Armorial Général de France (certains de ces blasons sont  toujours d'actualité aujourd'hui, à quelques détails près). Parmi eux, beaucoup ont été créés d'office par Charles d'Hozier de manière aléatoire, comme ceux utilisant des partitions ou des figures géométriques simples  :

Réalmont (Tarn)

Lisle -sur- Tarn (Tarn)

Saint - Amans - Valtoret (Tarn)

Cadalen (Tarn)

Valence - d'Albigeois (Tarn)

Cordes -sur- Ciel (Tarn)



Cahuzac -sur- Vère (Tarn)

Monestiés (Tarn)

Dénat (Tarn)

Penne (Tarn)

Puycelsi (Tarn)

Villeneuve -sur- Vère (Tarn)

Villefranche - d'Albigeois (Tarn)

Castelnau -de- Lévis (Tarn)

Laguépie (Tarn-et-Garonne)

Lacaune (Tarn)

Roquecourbe (Tarn)

Montdragon (Tarn)

# et pour aller plus loin avec l'Armorial Général de France, on peut encore rajouter ces dernières villes, qui n'ont pas été mentionnées dans le manuscrit de La Planche :
Carmaux, Mazamet, Labruguière.

Carmaux (Tarn)

Mazamet (Tarn)

Labruguière (Tarn)

 Un très grand nombre d'autres villages de la région, nommés "communautés des habitants" (Com. des hañs) dans les registres de l'Armorial Général de France ont été identifiés et enregistrés avec des armoiries la plupart attribuées d'office. Il serait fastidieux de les lister tous ici, d'autant que certaines localités ont été absorbées par les nouvelles communes constituées après la Révolution. Toutefois vous pouvez vous amuser à les rechercher dans les ouvrages numérisés chez Gallica, dont je donne les liens ci-dessous, et accessoirement aussi dans les très intéressantes fiches listées département par département sur le site : armorial de france.fr


A bientôt pour une nouvelle série ...


Crédits :
les blasons "modernes" sont empruntés  à : armorialdefrance.fr/

les extraits des manuscrits proviennent de :
- Bibliothèque et Archives du Musée du Château de Chantilly :
   . www.bibliotheque-conde.fr/ressources-en-ligne/
- Bibliothèque nationale de France à Paris : 
   . gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k111467n
   . gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1114681



             Herald Dick  
.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire