mercredi 18 avril 2018

Top 10 des plus grandes villes de Roumanie avec leurs blasons

Voici un nouveau volet à cette série consacrée à la découverte de l’héraldique civique, à travers divers pays du Monde. Le principe du "Top xx" très répandu dans les médias et sur Internet, pour recenser ce qui est le plus remarquable dans un domaine particulier est ici adapté à cette thématique. Il nous permettra de découvrir ou réviser la géographie d'un pays choisi de manière aléatoire et dans le même temps de s'intéresser à sa diversité en matière de blasons et emblèmes municipaux.


  Après une longue absence, nous revenons en Europe, à la rencontre d'un singulier pays de langue latine enclavé au milieu de nombreux pays de langue slave, en Europe du sud-est : la Roumanie.




 La Roumanie est composée depuis 1918 et 1945 par la réunion de plusieurs provinces ou anciennes principautés (Transylvanie, Valachie, Moldavie, Dobroudja, etc...) ayant chacune un passé historique différent. Mais ces anciennes régions historiques n'ont plus de statut administratif officiel. En fait, le pays est organisé en 41 judet(e), divisions équivalentes à nos départements ou aux comtés britanniques.Ceux-ci sont ensuite subdivisés en municipalités (municipalități, pour les grandes agglomérations), villes (orașe, pour les zones urbaines) et communes (comune, pour les zones rurales) .
  Voici donc les 10 plus grandes villes au sens général, en terme de population et indépendamment de leurs agglomérations (chiffres : 2011, dernier recensement). 





1 - BUCAREST / București

capitale de la Roumanie, avec le statut spécial de municipalité de niveau supérieur ( municipiul București ) dans région historique de Valachie  - 1 883 425 habitants.





2 - CLUJ / Cluj-Napoca

- anciens noms :  Klausenburg (allemand) - Kolozsvár (hongrois)
chef-lieu du județ de Cluj ( județul Cluj ) dans région historique de Transylvanie  - 324 580 habitants.





3 - TIMIŞOARA

- anciens noms :  Temeschburg ; Temeschwar ;Temeswar (allemand)  - Temesvár (hongrois)
chef-lieu du județ de Timiș ( județul Timiș ) dans la région historique du Banat  - 319 280 habitants.



cliquer sur le lien ci-dessous pour lire la suite :

mercredi 11 avril 2018

l'Armorial de La Planche - 1669 - Gouvernement de Languedoc - Sénéchaussée de Nîmes

S   uite de la visite d'un des plus anciens manuscrits répertoriant des armoiries de villes et de villages de France, dessinées à la plume et peintes à l'aquarelle, antérieur de trois décennies à l'Armorial Général de France de Charles d'Hozier ! Voir la description initiale : →

Nous poursuivons avec la découverte du "livre" (c'est l'appellation donnée à une section d'un manuscrit, qui est lui-même divisé en chapitres) consacré au Gouvernement de Languedoc. Après la Sénéchaussée de Toulouse, le pays de l'Albigeois et du Castrais, la Sénéchaussée du Lauragais, celle de Carcassonne, celle de Béziers, celle de Montpellier  nous abordons le septième chapitre dédié à la Sénéchaussée de Nîmes.
 Cette  circonscription administrative de l’ancien régime se confond presque exactement avec le contour du département actuel du Gard, exceptés les petits territoires déjà explorés dans le précédent chapitre, tels que Sauve, Sommières et Aigues-Mortes.




     Revenir à l'épisode précédent →

Voici l'extrait d'une carte datant de la fin du XVIIIe s. , donc postérieure d'un siècle, mais sur laquelle j'ai reconstitué les limites administratives de notre région :
 Vous pouvez cliquer sur toutes les images pour les agrandir










  Les fragments de manuscrits proviennent encore du Volume II. Pour enrichir l'étude, j'ai mis en bonus l'extrait équivalent dans l'Armorial Général de France* (1696-1711), établi par Charles-René d'Hozier, et comme auparavant, j'ai placé le blason actuel en-dessous, pour comparer les différences ou au contraire la constance des figures dans le temps.

(*)  Armorial Général de France  -  volume XIV  -  Languedoc 1ère partie  
       Armorial Général de France  -  volume XV  -  Languedoc  2e partie  (BNF Paris)


Nîmes 
(département du Gard)
  Le blason de Nîmes était à l'origine constitué d'un simple champ de gueules. En 1516, le roi François Ier permet à la ville d'ajouter un taureau d'or. Peu après, des Nîmois demandent de faire figurer sur le blason la représentation d'une pièce de monnaie antique : un crocodile attaché à un palmier avec les lettres COL NEM. En 1535, François Ier autorise la ville de Nîmes à changer son blason : il arbore désormais "une coleuvre, à palme enchaîné". La palme, c'est le palmier ; la coleuvre (couleuvre), c'est plutôt un crocodile, animal inconnu en Europe à cette époque. On pensait alors que les lettres COL NEM désignait cette coleuvre et le nom latinisé de la ville, Nemausus. Cette abréviation désigne en fait la Colonia Nemausensis (colonie nîmoise) des Romains.
  Pourquoi ce crocodile sur la monnaie ? Le crocodile enchaîné au palmier représente la victoire d'Octave (l'empereur qui désormais se fera appeler Auguste) sur Marc-Antoine et Cléopâtre (bataille d'Actium en -31). L'Égypte devint alors une possession de l'Empire romain.
 On remarquera par le jeu des petites différences, sur les deux manuscrits, et par rapport au blason définitif : sur le premier, le crocodile est enchaîné par le cou et par la queue, et attaché à un anneau symbolique placé dans le canton dextre en chef ; il n'y a pas la couronne de laurier, symbole de la victoire antique. Sur le second manuscrit, le crocodile est d'un émail différent tirant sur l'azur (d'ailleurs on trouve beaucoup de représentations du blason de Nîmes avec un crocodile d'azur !); et il est posé sur une terrasse d'argent; la couronne de laurier d'or est bien là, mais placée dans le canton dextre et non pas brochant sur le palmier. 


cliquer sur le lien ci-dessous pour lire la suite :

vendredi 6 avril 2018

Philatélie - avril 2018 (archives)

Nouvelle synthèse à propos des thèmes associés de l'héraldique et de la philatélie: voici un récapitulatif, que je ne prétend pas être exhaustif,des derniers timbres et autres produits philatéliques parus ou signalés en fin d'année 2017,une année très prolifique sur divers thèmes et tous pays confondus.


Pologne : centenaire de la Cour suprême de Pologne
emblème dérivé des armoiries nationales

Ukraine : oblast (région) de Zhytomyr (Jitomir) - suite de la série de feuillets touristiques - 
détail des armoiries plus bas 
oblast de Jitomir

Suisse : 500e anniversaire des voûtes de chœur de l’église collégiale de Berne - détail des armoiries de la ville à droite
Les deux timbres ensemble et les deux blocs-feuillets  commémoratifs émis ci-dessous
cliquer sur le lien ci-dessous pour lire la suite :

dimanche 1 avril 2018

Spécial Pâques : cherchons les 🥚œufs avec Monsieur de Linné

  En ce jour de Pâques et selon la tradition, les🥚🥚eufs sont cachés dans le jardin quelques jours avant, pour que les enfants partent à leur recherche le dimanche de Pâques. Un rite qui se rapporte à la période du carême, instituée par l'Église catholique dès le IVe siècle, quand il était interdit de consommer viande et œufs pendant les 40 jours précédant le jour de Pâques, en respect par rapport au martyre du Christ avant sa résurrection.
  Mais ici notre défi est de chercher et trouver d'autres types d’œufs, cette fois non pas dans les jardins, mais dans les blasons héraldiques. Certes, ils sont beaucoup plus rares, mais consommables tous les jours de l'année, en tant que figures héraldiques. Et si j'ai mis en avant le nom du grand scientifique suédois Linné, c'est justement parce qu'il choisi l’œuf pour en faire un des symboles de son blason personnel !

armoiries de Carl von Linné :
"tiercé en pairle, de gueules, de sinople et de sable,
au pairle d'or brochant sur la partition, accompagné
de trois couronnes d'or posées en pairle inversé,
 à l'écusson ovale d'azur sur le tout chargé d'un
œuf (versé) au naturel"
écu en forme de cuirasse, timbré d'un heaume
portrait de Carl von Linné, lithographie de Pierre-
 Roch Vigneron (1829) - Collection Bibliothèque
 de l'Académie nationale de médecine - Paris.
timbre commémoratif émis par la Suède en 1939
pour illustrer l'Académie royale des Sciences





Carl von Linné


• né à Råshult, en Suède, un petit village dans la province de Småland,  le 23 mai 1707.
• mort à Uppsala, également en Suède, le 10 janvier 1778.

il est né Carl Nilsson (Carl, fils de Nils en suédois), puis il a choisi le nom de famille Linnaeus, en rapport au tilleul, arbre présent sur la propriété familiale. Enfin, anobli en 1757 par le roi de Suède, auprès duquel il fut médecin, il prit le nom de Carl von Linné avec une graphie à la française, très en vogue à l'époque (ce qui donne Charles de Linné pour les français et Carolus Linnæus en latin).

plaque armoriée au nom du scientifique placée dans
la Salle des Chevaliers ( Riddarhussalen ) du palais
Riddarhuset à Stockholm ( Suède) après
son anoblissement.
Carl von Linné est un grand naturaliste et médecin suédois, fondateur de la nomenclature binominale des plantes et des animaux, permettant la classification des espèces qui fait encore autorité.
La classification linnéenne des espèces devient, dès le début du XIXe siècle, le système le plus répandu. La taxinomie actuelle utilise encore largement la nomenclature binominale inaugurée par Linné ; en revanche, les critères de classification sont différents et se fondent aujourd’hui sur les relations évolutives entre les espèces déterminées par la génétique, la biochimie et la morphologie.

⛨ Explication du blason : l’écu (bouclier) est divisé en trois parties: rouge, vert et noir, chargées chacune d'une couronne d'or, pour les trois règnes de la nature (respectivement l'animal, le végétal et le minéral), dans la classification de Linné; au centre est un œuf  qui symbolise la Nature, qui  "se continue et se perpétue à travers l’œuf ".
  Les trois couronnes sont également celles qui figurent sur les armes traditionnelles du royaume de Suède, en hommage à son pays d'origine.
 Tenant lieu de cimier, posée sur un heaume de chevalier : une plante de linnée boréale (Linnaea borealis), la plante préférée du naturaliste, qu'il a étudiée en Laponie et qui porte son nom.
Devise:" FAMAM EXTENDERE FACTIS " qui se traduit du latin par "Étendre sa réputation par des actes".

  C’est à la fin du XVIIIe siècle que la collection botanique et la bibliothèque de Linné sont acquises par le médecin anglais James Edward Smith, après la mort du fils de Linné (1783). En 1788, Smith fonde à Londres la Linnaean Society, qui devient le siège de la collection originale de Linné et diffuse ses idées. Elle existe toujours de nos jours.
armoiries de la Linnaean Society of London , dont le blason reprend en partie celui du grand homme sans les couronnes, mais toujours avec l’œuf renversé au centre et la plante de linnée boréale en cimier.


  ⭖ Les œufs en héraldique

• Nous laissons Monsieur de Linné et son blason dans son siècle des Lumières et nous allons maintenant chercher au XXIe siècle quelques rares œufs cachés dans les recoins de l'héraldique civique à travers les villes et par le monde, " Urbi et orbi ".

• Nous débutons avec les armoiries dont l'🥚euf est le sujet principal, constituant souvent des armes parlantes :
Par exemple, "œuf" se traduit en allemand ou en néerlandais : " Ei ", au pluriel : " Eier " ou " Eieren ".
Précision : la figure est dite "versée" quand l’œuf est montré avec le petit bout en bas.

armoiries du village d' Eibergen
(Pays-Bas, province de Gueldre)
"d'azur à trois oeufs (versés) d'or"
reprises en 1816 sur les armes personnelles
d'un ancien seigneur du lieu du nom de Van Borculo






armoiries de la commune de  
Matrei am Brenner 
(Autriche, land du Tyrol)
"de gueules à trois œufs versés d'argent"
ici les historiens qui font remonter 
ces armes au XVIe siècle font 
remarquer des doubles armes parlantes
avec  "Ei" et "Drei" qui veut dire trois 


armoiries du district rural de
Holoholenskoe /
Холохоленское сельское поселение
(Russie, oblast de Tver) adoption: 2006 
"de sinople à trois œufs d'argent mal ordonnés, soutenus par trois billettes couchées d'or, également
 mal ordonnées"
Ce village est connu pour ses élevages de volaille et
son  industrie de la céramique (pour les billettes) 
la diversité des œufs, formes et couleurs, dans le règne animal : oiseaux, reptiles, poissons, insectes... 
planche illustrée par Adolphe Millot - Nouveau Larousse Illustré, publié à Paris par la Librairie
Larousse (1897-1904), volume 6 p. 473.

 • Poursuivons notre exploration avec cette fois des blasons plus complexes, mêlant diverses figures et parmi elles un ou plusieurs 🥚🥚eufs :

armoiries de la commune d' Avrainville 
(France, département des Vosges)  créées en 2015
(proposition de blason pour la commune)
une barrique accostée de deux oeufs, une lettre R
 majuscule et l'oiseau est une huppe fasciée .
 La barrique et les oeufs évoquent le collage du vin
 au blanc d’œuf pour le purifier et le rendre limpide



armoiries de la localité de Sillenstede 
(Allemagne, land de Basse-Saxe)
trois oeufs de vanneaux (voir → ICI) , 
deux anguilles et un chaudron !  





armoiries de la commune d' Izvoarele Sucevei 
(Roumanie, județ de Suceava)
la figure centrale est un œuf décoré, d'émail pourpre

armoiries du district rural d' Irtyshkoe /
Иртышское сельское поселение
(Russie, oblast d'Omsk) adoption: 2016
 des feuilles d'ortie et un œuf  


armoiries de la freguesia de Campo de Besteiros 
(Portugal, district de Viseu, région du Centre) 

armoiries de l'ancienne freguesia de Nagozela
(Portugal, district de Viseu, région du Centre)
.
armoiries de l'ancienne freguesia de Ovar 
(Portugal, district de Aveiro, région du Centre)
ici nous avons des armes parlantes, 
en portugais : "ovo" = œuf 

armoiries de la municipalité de Santa Maria de Jetibá
(Brésil, état d' Espírito Santo)
dans une champagne d'argent, un panier d'or contenant une douzaine d’œufs d'argent 

armoiries de la municipalité de Barão
(Brésil, état de Rio Grande do Sul)
c'est dans le chef de gueules, à dextre, qu'il faut chercher trois œufs d'argent couchés,
parmi tous les produits agricoles ou industriels mis en avant par cette municipalité. 



 Je v🥚us s🥚uhaite à t🥚us de 
j🥚yeuses fêtes de Pâques...



Crédits :
choix des images:
- passer votre souris sur les images pour lire les url des sites sur lesquels elles ont été empruntées



                  Easter Dick




mercredi 28 mars 2018

Les armes parlantes dans les blasons de nos communes #01 : la fontaine

blason de la commune de
 Montreuil-sur-Ille (Ille-et-Vilaine)
 on admire (ou pas) la subtilité du 
calembour : le bras qui montre+l'oeil !
sans oublier la fasce ondée qui 
représente la rivière: sur l'Ille.
  e ne vais pas vous faire l'injure de vous expliquer ce que sont des "armes parlantes" en héraldique, vu que ce terme est lui-même très parlant. C'est un des mécanismes les plus anciens et très utilisé dans la composition d'un blason, basé sur l'étymologie et la langue d'origine du possesseur, en rapport avec son nom. Il fonctionne aussi bien pour les armoiries des personnes que celles des villes, villages ou territoires, sans oublier les communautés ou les sociétés, où il a été transposé jusque dans les logos.
  Il y a pour moi, trois sortes d'armes parlantes : les directes, les allusives et les abstraites.
  ➀ Les premières sont celles les plus courantes, dont les pièces ou les meubles s'identifient clairement au patronyme ou au toponyme du possesseur. Nous allons en découvrir beaucoup dans cette nouvelle série de sujets.
 ➁ Les deuxièmes sont celles qui se fondent sur un jeu de mots, un calembour, une allusion, un rébus, pas toujours subtils. Je ne résiste pas à vous montrer un exemple des plus caricaturaux (à éviter) que j'aie trouvé dans notre armorial des communes (à droite).
  ➂ Enfin il reste celles qui, beaucoup plus subtilement, ne montrent en apparence aucun lien direct au nom de la famille ou au nom du lieu, mais qui se fondent sur une anecdote, un évènement, ou qui s'appuient sur une maxime, un proverbe, une devise, etc...associé à cette famille ou ce lieu.

Et voilà donc le premier élément constitutif de nombreuses armes parlantes provenant de tous les recoins du pays que j'ai sélectionné: la fontaine. En premier lieu c'est la fontaine, en tant que construction qui permet de distribuer le l'eau courante provenant d'une source, par une ou plusieurs bouches coulant dans des vasques ou des bassins, parfois en jaillissant, constituant ainsi un élément décoratif .
  Nous allons ainsi découvrir un bon nombre de toponymes dérivés du mot fontaine ou composé avec lui et un autre nom : de lieu, de personne, etc..

blason de la commune de
 Fontenay-le-Comte
 (Vendée)
blason de la commune de
 Fontienne
(Alpes-de-Haute-Provence)
blason de la commune de
 Fontaine 
 (Territoire de Belfort)

blason de la commune de
 La Fontenelle
 (Loir-et-Cher)
blason de la commune de
 Fontan
 (Alpes-Maritimes)
blason de la commune de
 Fontenailles
 (Seine-et-Marne)



la fontaine Bartholdi gelée, en 2012 - place des Terreaux à Lyon (France)

blason de la commune de
Petitefontaine 
 (Territoire de Belfort)
blason de la commune de  
Trois-Fontaines-l'Abbaye
 (Marne)
blason de la commune de
Vernierfontaine
(Doubs)
blason de la commune de
Bellefontaine
(Jura)
blason de la commune de
Fontenay-aux-Roses
(Hauts-de-Seine)
blason de la commune de
Bierry-les-Belles-Fontaines
(Yonne)
blason de la commune de
Clairefontaine-en-Yvelines
(Yvelines)
blason de l'ancienne commune de
Fontanes (Naussac-Fontanes)
(Lozère)
blason de la commune de
Fontaine-lès-Luxeuil
(Haute-Saône)
blason de la commune de
Fontanès
(Hérault)
blason de la commune de
Saint-Fons
(Rhône)
blason de la commune de
Fontenay
(Seine-Maritime)
blason de la commune de
Clos-Fontaine
 (Seine-et-Marne)

Les toponymes composés à partir du mot "Font", "Fonts", "Fonds", que l'on rencontre encore dans la langue française avec le terme de "fonts baptismaux" provient du latin :  fons, fontis  qui signifie "la source" et par extension : "la fontaine".

blason de la commune de
Fontaine-Couverte
(Mayenne)
blason de la commune de
Trois-Fonds
(Creuse)
blason de la commune de
Fontaine-sur-Saône
(Rhône)
blason de la commune de
Septfonds
(Tarn-et-Garonne)
blason de la commune de
Font-Romeu-Odeillo-Via
(Pyrénées-Orientales)
blason de la commune de
Tortefontaine
(Pas-de-Calais)
blason de la commune de
Briffons (Puy-de-Dôme)

On trouvera plus rarement une version "nature" de la fontaine en tant que source, très exceptionnel :
blason de la commune de
Fontaine-le-Pin
(Calvados)

En Alsace ou en Lorraine mosellane, les toponymes sont en majorité d’origine germaniques ou plus exactement franciques. La source, la fontaine (der Brunnen en allemand) se décline dans ces régions en différents vocables : bronn, born, burre, brunn, burn. Et là aussi ils sont accolés à d'autres qualificatifs comme : Nieder (en bas), Ober (en haut), Mittel (au centre, au milieu), etc... On a également une plus grande diversité des meubles ou figures illustrant ces points d'eau.

blason de la commune d'
Oberbronn
(Bas-Rhin)
blason de la commune de
Niederbronn-les-Bains
(Bas-Rhin)
blason de la commune de
Mittelbronn
(Moselle)
blason de la commune de
Balbronn
(Bas-Rhin)
blason de la commune de
Walschbronn
(Moselle)
blason de la commune de
Morsbronn-les-Bains
(Bas-Rhin)
blason de la commune de
Burnhaupt-le-Bas
(Haut-Rhin)


Ces blasons alsaciens le démontrent, le sens premier du latin fons, fontis : la source est illustré dans les lieux où l'on a découvert des sources thermales et leurs effets bénéfiques connus depuis l'Antiquité. Elle sont elles aussi représentées très souvent par une fontaine jaillissante.

blason de la commune de
Vals-les-Bains
(Ardèche)
blason de la commune de
Néris-les-Bains
(Allier)
blason de la commune de
Pougues-les-Eaux
(Nièvre)
blason de la commune de
Bains-les-Bains
(Vosges)
blason de la commune de
Bagnols-les-Bains
(Lozère)
blason de la commune de
Saint-Alban-les-Eaux
(Loire)


🔵 Enfin, pour terminer, il existe aussi une version stylisée du terme "fontaine" dans le dictionnaire de l'héraldique. Il s'agit d'un meuble artificiel à part entière : la fontaine héraldique ou source. Et lui aussi peut être bien évidemment utilisé dans le principe des armes parlantes.
  La fontaine d'origine anglaise, classique, est représentée par un besant-tourteau fascé-ondé de 6 pièces d'argent et d'azur.  Mais sa représentation la plus courante en France est un besant d'or rempli d'azur traversé de 2 ou 3 fasces ondées appelées "sources", d'argent. Toutefois les émaux peuvent être différents. L'intérieur représente l'eau, ou un autre liquide (un besant d'argent avec des fasces ondées de sable peut symboliser le pétrole, par exemple), et la bordure du besant est le contour du bassin, vu par-dessus .

fontaines héraldiques : version ancienne, non bordée, à gauche, bordée à droite
blason de la commune de
Fontenay-sur-Vègre
(Sarthe)
blason de la commune de
Fontaine
(Isère)
blason de la commune de
Fontaine-sur-Somme
(Somme)
blason de la commune de
Fontenay-le-Fleury
(Yvelines)


Pour plus de détails sur les blasons: blasonnement complet, historique, détails sur la commune, département par département, je vous invite à consulter l'excellent site de mon ami Daniel Juric : armorial de france.fr


A bientôt pour une nouvelle série ...


Crédits :
• les blasons de communes sont donc tous empruntés  à : armorialdefrance.fr/
• photo fontaine à Lyon  et dessins fontaines héraldiques :  commons.wikimedia.org/wiki/


blason de ma signature graphique ci-dessous, bidouillé sur un emprunt de:
-  www.dorpsraadgapinge.nl/  (village de Gapinge, Pays-Bas)


        herald [canting] dick