mardi 4 décembre 2012

Les blasons des métiers et corporations #04 -
la Communauté des Cordonniers - 2nde partie

N  ous repartons au XVIIe siècle pour faire un peu de shopping dans la vitrine de nos cordonniers grâce à leurs blasons corporatifs. Mais avant, je voudrais signaler que la France n'est pas un cas unique au sujet de la réglementation des corporations de métiers ou de commerçants, et qui possédaient un blason. En effet des systèmes similaires de Guildes ont existé notamment en Autriche, et plus particulièrement à Vienne, la capitale, dotées elles aussi de magnifiques armoiries (cf. image à droite). 
La flèche fait référence au  Patron
occasionnel des cordonniers : Saint Sébastien
(voir mon volet précédent→ )  , mais ce sont surtout Saints Crépin et Crépinien qui protègent nos artisans (ci-dessous).




Je vous invite à consulter les précédents volets → ICI afin de comprendre pourquoi on a attribué des blasons à des communautés d'hommes et de femmes en fonction de leur métier et pourquoi on les a répertoriés aussi précisément, dans chaque région, chaque ville. 
  Revenons à notre système français de l'Armorial Général de France dirigé par Charles d'Hozier et les différentes représentations du métier de cordonnier sur les blasons des corporations, dans les diverses provinces, villes de France (avec les frontières de l'époque, donc quelquefois vous le verrez, hors de nos limites actuelles). Pour commencer trois blasons inspirés par les armoiries de la ville d'origine qui figure en bonne place:

1 -  Lille  (Flandre)
écusson de la ville en pointe
2 - Strasbourg  (Alsace)
armes de la ville 
3 - Berschweiler  (Allemagne)
armes du Palatinat et de la Bavière














 Sur ces blasons, on commence à voir quelques "produits" fabriqués : souliers et bottes et une superbe poulaine à droite, avec sa pointe recourbée caractéristique, une chaussure qui vient du Moyen-Âge ! Les poulaines semblent être d'ailleurs une spécialité germanique, comme on peut le voir sur les trois blasons suivants : 

4 - Haguenau (Alsace)
5- Bad-Bergzabern (Allemagne)
3 - Strasbourg (Alsace)













Puis, voici des souliers plus "tendance" de la mode du milieu du XVIIe siècle

4 - Montauban (Languedoc)
5 - Vitteaux (Bourgogne)
6- Bayeux (Normandie)













7 - Breisach (Allemagne)
8 - Salon-de-Provence
9 - Auxonne (Bourgogne)












Souliers, botte chaudron, soulier de la bourgeoisie,
soulier de fillette, soulier de seigneur.
(collection de la Bibliothèque et Archives du Canada)












10 - Lamballe (Bretagne)
 Du point de vue héraldique, nous trouvons quelques jolies compositions simples ou plus élaborées, avec partitions de base :

13 - Saint-Brieuc (Bretagne)
11 - Pont-l'Abbé (Bretagne)
12 - Quimperlé (Bretagne)













14 -Pontrieux  (Bretagne)
15 - Montpellier (Languedoc)
16 - Guérande (Bretagne)













17 - Lauterbourg (Alsace)
Vous aurez sans doute remarqué sur le n° 16 au centre, la présence d'un objet bizarre, sans pied. De même pour le n°17. Il s'agit d'une jambière de cuir que les cavaliers mettaient sur leurs chausses, par dessus les chaussures pour les protéger du frottement avec le flanc du cheval et des éclaboussures de boue, et aussi la pluie, le froid. Sinon, bien sûr, ils chaussaient de grandes bottes de cuir montant jusqu'aux cuisses.

Et donc voici quelques spécimens de bottes magnifiques :



18 - Fère (Île-de-France)
19 - Auray (Bretagne)
20- Lesneven (Bretagne)


 










Bottes de cuir de l'époque Louis XIV

Pour varier : une botte renversée, insolite !


21 - Avallon (Bourgogne)

Les villes bretonnes ont fait preuve d'une grande originalité pour sortir de la routine et proposer de très belles compositions mêlant art du cuir et art héraldique. Jugez par vous-même la richesse esthétique de ces six derniers blasons (les bottes n° 23 et 24 ne sont néanmoins pas faciles à porter !-☺) :


24 - La Roche-Derrien (Bretagne)
22 - Dinan (Bretagne)
23 - Quintin (Bretagne)














27 - Redon (Bretagne)
25 - Dol-de-Bretagne
26 - Moncontour (Bretagne)













J'aurai sans doute l'occasion de traiter très bientôt,  soit un autre métier , soit une ville précise et ses corporations dont on a oublié quelle était leurs fonctions.


Crédits :
blasons extraits de l'AGF d'Hozier sur http://gallica.bnf.fr/
documentation :  
Wikimedia.commons.org


                      Herald Dick
 





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Enregistrer un commentaire