jeudi 19 janvier 2017

Ils sont allé sur la Lune : les insignes des missions Apollo (1966-1972)

le logo de la mission Apollo 17, la dernière en date, à ce jour
 à avoir déposé des astronautes sur la Lune, en décembre 1972
🌌  Il est mort lundi 16 janvier 2017, à l’âge de 82 ans. C'est la Nasa qui a annoncé son décès sur le réseau social Twitter. Il était le dernier homme à avoir posé le pied sur la Lune : son nom est Eugene ou "Gene" Cernan. C'était le 14 décembre 1972, avant qu'il ne remonte dans le module lunaire (le LEM) qui va le ramener vers le vaisseau Apollo 17 en orbite lunaire, puis vers la Terre avec ses deux coéquipiers : Harrison Schmitt et Ronald Evans.
 
  Après la mort d'Eugene Cernan, il reste six astronautes encore en vie à avoir foulé le sol lunaire. Parmi eux, se trouve Buzz Aldrin, le deuxième homme à avoir posé le pied sur la Lune, quelques minutes après Neil Armstrong, qui lui est décédé en 2012.

Photo de Eugene Cernan sur le sol de la Lune,  à côté du "rover" , le véhicule lunaire avec lequel ils parcoururent de longues distances à chaque sortie extra-véhiculaire,  pour explorer la proximité du point d'alunissage.  Le rover va parcourir une distance cumulée de 35,9 km en 4 h 26 min, établissant un nouveau record dans ce domaine. Cernan et Schmitt s'éloignent jusqu'à 7,6 km du module lunaire.    Photo : Harrisson Schmitt-Nasa-AFP
le logo officiel du programme Apollo, avec la lettre A
majuscule pour Apollo, entre la Terre et la Lune sur
laquelle se dessine le profil du dieu gréco-romain Apollon
 qui a donné son nom au projet et en arrière plan :
 la constellation d'Orion
  🌓 Ces hommes "à l'étoffe des héros" qui ont fait l'admiration du monde entier, certains qui nous fait frémir d'inquiétude, et attristés également par leur sacrifice dans les rares mais tragiques accidents, portaient sur leurs équipements et combinaisons : des  patchs, des écussons, des insignes brodés identifiant chacune des missions. Dans le titre de ce sujet je proclame "qu'ils sont allés sur la Lune", en parlant des insignes qui accompagnaient les vols habités, mais ce n'est pas tout à fait vrai : pas vraiment tous ! Certaines missions ont échoué dans leurs tentatives, parfois tragiquement. D'autres ont constitué des reprises en main pour préparer le grand coup qu'a été Apollo XI avec le premier pas humain sur la Lune. Nous allons voir ces étapes dans le développement de cette page. Mais je ne vais pas vous relater toute l'histoire en détails, il existe tellement de récits passionnants qui ont  fait ce travail. Je vous propose une revue des symboles de cette grande aventure qui a passionné le monde entier durant deux décennies, en pleine Guerre froide, une longue période durant laquelle l'Union Soviétique et les États-Unis d'Amérique se sont livré à une lutte technologique sans pareil dans l'histoire de l'humanité, pour la conquête de l'espace. Une bagarre sans pitié qui a eu au moins le mérite d'occuper les esprits et les moyens à autre chose que de déclencher une guerre nucléaire sur le sol terrestre, cette fois !
  patch (écusson en tissu) reconstitué d'après l'original (période 1964-1966)
 cliquer sur le lien ci-dessous pour lire la suite :

dimanche 15 janvier 2017

Les blasons des métiers et corporations #09 - Wiener Gewerbewappen - les blasons des Guildes de marchands à Vienne en Autriche (III)

ancienne enseigne de boutique de boucher en Autriche
avec les armoiries impériales (fin XIXe - début XXe s.)
  R 󠀡etour sur le sujet que j'avais débuté il y a plusieurs mois, en poursuivant la découverte d'une héraldique très spécifique : celle des Guildes de métiers, artisans et marchands qui avaient une activité dans la capitale autrichienne Vienne aux alentours de l'année 1900.  Ces délicieuses images d'un autre temps, sont l’œuvre du peintre héraldiste autrichien Hugo Gerard Ströhl (1851 – 1919), sans doute l'un des plus grands parmi les artistes que l'on connaisse, tous pays confondus, dans cet art. Mais je vous ai déjà expliqué tout cela dans le premier volet (voir → ICI).

  En marge de l'héraldique, nous allons aussi apprendre davantage de l'onomastique, une branche de l'étymologie qui nous donne en particulier la provenance de nombreux noms de famille d'origine germanique, mais qui ont essaimé dans le monde entier.
  Voici donc 14 nouveaux métiers : ils sont toujours d'actualité, surtout ceux qui touchent à l'alimentation et à l'artisanat. D'autres ont évolué avec l'industrialisation, la mécanisation et les avancées technologiques, mais aucun n'a réellement disparu.



Fleishhauer   -  Bouchers


• le mot "Fleishhauer" qui veut dire littéralement "tailleur de viande", est spécifique à l’Autriche. Les allemands disent plutôt "Metzger", "Schlächter" ou "Fleischer". Et ce sont aussi des patronymes assez courants dans les familles d'origine germanique.



• L'écusson en chef surmontant le rencontre de bœuf est aux armes de la ville de Vienne : "de gueules à la croix d'argent"

Drechsler  -   Tourneurs sur bois

• Le tournage est une discipline du travail du bois permettant de fabriquer des objets en rotation sur l'axe d'un tour, avec des outils de coupe. Toutes les formes sont possibles en agissant sur la distance entre la surface travaillée et l'axe de rotation du tour.  
  Les tourneurs ont normalement un saint patron propre à leur métier : saint Érasme aussi appelé saint Elme. Mais sur notre blason, c'est saint Joseph qui est représenté, qui est lui le patron des menuisiers et des charpentiers.
Il est auréolé d'un triangle d'or symbolisant la Trinité et tient dans ses mains des symboles de pouvoir : un sceptre (en bois tourné) et un globe d'azur (lui aussi objet tourné) surmonté d'un compas de calibrage. Dans la pointe de l'écu sous la nuée d'argent sont disposés deux outils pour le travail du bois : une gouge et un bédane .




 cliquer sur le lien ci-dessous pour lire la suite :

mardi 10 janvier 2017

Top 10 des plus grandes villes de Bolivie avec leurs blasons

Voici un nouveau volet à cette série consacrée à la découverte de l’héraldique civique, à travers divers pays du Monde. Le principe du "Top xx" très répandu dans les médias et sur Internet, pour recenser ce qui est le plus remarquable dans un domaine particulier est ici adapté à cette thématique. Il nous permettra de découvrir ou réviser la géographie d'un pays choisi de manière aléatoire et dans le même temps de s'intéresser à sa diversité en matière de blasons et emblèmes municipaux.

  Nous repartons en Amérique du Sud et, pour coller avec l'actualité, notamment avec un des trois pays que le rallye Dakar aura traversé en 2017, un pays plein de surprises, vous allez comprendre plus tard: la Bolivie.






Voici donc les 10 plus grandes villes, plus exactement les plus grands municipios (communes) en terme de population, pour certaines séparément de leurs agglomérations urbaines (chiffres 2012 à 2016).




1 - SANTA CRUZ DE LA SIERRA

capitale du département de Santa Cruz  - 1 453 550 habitants


ancienneté des armoiries : 1636




2 - EL ALTO

ville de l'agglomération de La Paz, dans le département de La Paz   - 903 080 habitants


ancienneté des armoiries : 1988

 
cliquer sur le lien ci-dessous pour lire la suite :

vendredi 6 janvier 2017

l'Armorial de La Planche - 1669 - Gouvernement de Picardie (additions) - les châtellenies de Flandres

 S   uite de la visite d'un des plus anciens manuscrits répertoriant des armoiries de villes et de villages de France, dessinées à la plume et peintes à l'aquarelle, antérieur de trois décennies à l'Armorial Général de France de Charles d'Hozier ! Voir la description initiale : →


  Nous poursuivons avec la découverte du "livre" (c'est l'appellation donnée à une section d'un manuscrit, qui est lui-même divisé en chapitres) consacré au Gouvernement de Picardie. Dans les quatre précédents chapitres, nous avons déjà évoqué les territoires reconquis successivement par les armées de Louis XIII, puis celles de Louis XIV, et rattachés à la couronne de France,selon les termes des différents traités signés entre la France et l'Espagne. Nous avons au début traité le retour d'une petite partie de la Flandre maritime, le pays de Dunkerque (en 1658), puis ce fut l'Artois (en 1659), puis une autre partie de la Flandre : la châtellenie de Lille (en 1668), les pays de Tournai, de Courtrai (en 1668) et bien plus tard les places de Saint-Omer, Aire-sur-la-Lys et le Cambrésis (en 1678). Nous allons mettre un terme provisoire ( nous y reviendrons plus tard avec une autre région (gouvernement) de rattachement) avec ce dernier volet consacrés aux  nouveaux territoires conquis et annexés à la France par le traité d'Aix-la-Chapelle en 1668.

  Nous prolongeons donc l'exploration du chapitre 8 consacré à la réunion à la France de plusieurs territoires de la Flandre maritime, situés à cheval sur l'actuelle frontière franco-belge. La Planche nomme cette zone la "Flandre teutonne", car néerlandophone, en opposition à la "Flandre romane", qui est elle francophone. C'est dans ce volet que nous allons croiser l'Histoire, en temps réel, avec ces quelques villes qui ne seront françaises que durant un certain nombre d'années limité, telles que Ypres, Furnes, Poperinge, etc... de 1668 à 1678. L'histoire se répètera pour  certaines pendant quelques années encore durant les guerres de la France contre l'Autriche, puis celles de la Révolution française, au siècle suivant, et enfin sous le 1er Empire (voir →ICI) avec une nouvelle grande annexion de tous les Pays-Bas cette fois.


    Revenir à l'épisode précédent →




Voici l'extrait d'une carte datant de la fin du XVIIIe s. , donc postérieure d'un an, mais sur laquelle j'ai reconstitué les limites administratives de notre région :
 Vous pouvez cliquer sur toutes les images pour les agrandir 


la zone en rose est en territoire français, en bleu : c'est le territoire belge





  Les fragments de manuscrits proviennent toujours du Volume I. Pour enrichir l'étude, j'ai mis en bonus l'extrait équivalent dans l'Armorial Général de France* (1696-1711), établi par Charles-René d'Hozier, et comme auparavant, j'ai placé le blason actuel en-dessous, pour comparer les différences ou au contraire la constance des figures dans le temps.

 (*)  Armorial Général de France -   volume XII  -  Flandres   (BNF Paris) 


Ypres / Ieper (Belgique -
 province de Flandre occidentale)


Bergues
( France - dépt du Nord)



Furnes / Veurne (Belgique -
 province de Flandre occidentale)


Cassel
( France - dépt du Nord)


Bailleul
( France - dépt du Nord)


Poperinge (Belgique -
 province de Flandre occidentale)



ancienne commune de Warneton
(Belgique - Province de Flandre orientale)
 actuelle commune de Comines-Warneton
(Belgique - Province de Hainaut)



Wervik (Belgique -
 province de Flandre occidentale)



Merville
( France - dépt du Nord)



[_)-(_]


# pour être complet avec l'Armorial Général de France, on peut encore rajouter cette belle série de villes de Flandre, correspondant à la région étudiée dans cette page, donc de part et d'autre de la frontière franco-belge, mais qui n'ont pas été mentionnées dans le manuscrit de La Planche.
  On remarquera les noms parfois étranges qui ont été enregistrés par d'Hozier, qui devait avoir des soucis pour orthographier les toponymes flamands ! 
  Comme précédemment j'ai mis en dessous le blason actuel de chaque localité ou commune. On sera sans doute étonné par la constance dans le temps presque complète des blasons à travers les siècles, chose assez rare avec les dessins enregistrés par Charles d'Hozier, parfois de façon peu fiables, car attribués de manière arbitraire :

Reningelst   (Belgique -
 Province de Flandre occidentale)


La Gorgue  (France,
département du Nord)

Hondschoote  (France,
département du Nord)

Roulers / Roeselare (Belgique -
 Province de Flandre occidentale)

Pitgam  (France,
département du Nord)


Morbecque  (France,
département du Nord)


ancienne commune de Lo / Loo
 (Belgique - Province de Flandre occidentale)
actuelle commune de Lo-Reninge
 (Belgique - Province de Flandre occidentale)


Lederzeele  (France,
département du Nord)

Watten  (France,
département du Nord)


Caëstre  (France,
département du Nord)

Meteren  (France,
département du Nord)

Locre / Loker (Belgique -
 Province de Flandre occidentale)


Messines / Mesen (Belgique -
 Province de Flandre occidentale)


Estaires  (France,
département du Nord)

Hazebrouck  (France,
département du Nord)

Nieuwkapelle (commune de Dixmude /
Belgique - Province de Flandre occidentale)







A bientôt pour une nouvelle série ...
   

 
Crédits :
les blasons "modernes" des communes françaises sont empruntés  à :
armorialdefrance.fr/ 
-  commons.wikimedia.org/wiki/
et pour les communes belges  :
- commons.wikimedia.org/wiki/
- www.ngw.nl/heraldrywiki/index.php?title=Heraldry_of_the_world
- www.mesen.be/


    Et je remercie particulièrement les personnes responsables de la Bibliothèque et des Archives du Musée du Château de Chantilly : www.bibliotheque-conde.fr/



             Herald Dick  
.