dimanche 19 janvier 2014

l'Armorial de La Planche - 1669 - Gouvernement de Bourgogne - Bailliages d' Autun et de Chalon-sur-Saône

 S   uite de la visite d'un des plus anciens manuscrits répertoriant des armoiries de villes et de villages de France, dessinées à la plume et peintes à l'aquarelle, antérieur à l'Armorial Général de France de Charles d'Hozier de trois décennies !   Voir la description initiale : →
   Nous poursuivons avec la découverte du Gouvernement Général de Bourgogne. Reprenant les contours de l'ancien Duché de Bourgogne, il était composé de plusieurs bailliages. Après Dijon, nous continuons avec deux bailliages : Autun et Chalon qui correspondent en gros aux trois-quarts du département actuel de la Saône-et-Loire, sans le Mâconnais, et une toute petite zone du sud-est de la Côte-d'Or (soient les anciens pays de l' Autunois, du Charolais, du Brionnais, du Chalonnais, le nord de la Bresse et un peu de Bourbonnais à l'ouest).
  Revenir à l'épisode précédent → ◙ 



Voici l'extrait d'une carte datant de la fin du XVIIIe s. , donc postérieure d'un siècle, mais sur laquelle j'ai reconstitué les limites administratives :




vous pouvez agrandir les images
 en cliquant dessus





Les fragments de manuscrits proviennent encore du Volume II. Toujours pour enrichir l'étude, j'ai cette fois encore mis en bonus (mais je pense que je vais rester sur cette nouvelle configuration intéressante), l'extrait équivalent dans l'Armorial Général de France*  (1696-1711), établi par Charles-René d'Hozier,  et comme auparavant, j'ai placé le blason actuel en-dessous, pour comparer les différences ou au contraire la constance des figures dans le temps.

 (*) Armorial Général de France - volume VI - Bourgogne Duché - Généralité de Dijon ( BNF Paris)





Autun (Saône-et-Loire)

Le manuscrit de La Planche décrit un blason d'Autun avec un champ d'argent : curieux ...




Bourbon-Lancy  
(Saône-et-Loire)
Le Père de La Planche donne ici le blason (de France brisé d'une cotice de gueules) de la troisième maison de Bourbon, appelée branche  "capétienne " des Bourbons, la famille du futur roi Henri IV à partir de 1589 et donc la lignée d'origine du souverain en titre à l'époque du manuscrit : Louis XIV.
 Il apparaît que notre scribe a confondu Bourbon-Lancy avec Bourbon-l'Archambault, ville située à   quelques lieues plus à l'ouest, et autre forteresse, qui est le véritable berceau de la famille de Bourbon.
La vérité a été rétablie par d'Hozier,  en rendant l'héritage de Bourbon-Lancy aux bons "Bourbons" : la branche de Dampierre par le second mariage de Mathilde (Mahaut) de Bourbon,  petite-fille d'Archambaud VII , seigneur de Bourbon-l'Archambault , de la première maison de Bourbon, dont le blason était "d'or au lion de gueules accompagné de huit coquilles d'azur ordonnées en orle". Tout cela est très compliqué, je le concède ! Mais c'est toujours ainsi avec ces grandes dynasties européennes au cours des siècles et sur plusieurs générations.
 Bourbon-Lancy, constituée et fortifiée en réunissant plusieurs quartiers au début du XIIIe siècle, est donc une possession de la maison de Bourbon-Dampierre. Elle recevra quelques décennies plus tard,  en passant sous la souveraineté du Duché de Bourgogne, et affranchie par le Duc, les armoiries de Mathilde de Bourbon-l'Archambault, en changeant les émaux : " d'azur un lion d'or accompagné de huit coquilles du même, ordonnées en orle".



Charolles (Saône-et-Loire)

"De gueules au lion à la tête contournée, d'or" ou  "De gueules au lion à la tête contournée, d'or ; au chef d'azur, à une fleur de lys d'or". Deux blasons qui ont eu cours tour à tour. Il semble qu'actuellement c'est le premier qui est  préféré. Le second ci-dessus, est de la main de Robert Louis. D'Hozier n'a pas représenté le lion avec la tête contournée ou "regardant" (comme on le blasonne parfois) . Cette configuration a aussi eu cours à certaines époques. Charolles a donc trois blasons possibles !
 A noter que le blason du pays du Charolais, et de l'ancien Comté était lui : "De gueules au lion d'or armé et lampassé d'azur, la tête contournée".  Et il est souvent confondu avec celui de la ville de Charolles !
Enfin, pour être complet, il faut rétablir une vérité historique sur ce pays du Charolais qui, à cette époque (en 1669) est "occupé" illégalement par la France, ce que le manuscrit ne dit pas (déjà on pratiquait la langue de bois !). En effet, l'ancien Comté du Charolais, qui était réservé à l'héritier du Duché de Bourgogne, a été transmis héréditairement, après la mort de Charles le Téméraire en 1477, à l'Empire des Habsbourg d'Espagne (voir source). La France n'y avait aucun droit, mais a "confisqué" le territoire à maintes reprises puis a été obligée de le restituer . A partir de 1684 il est une dernière fois pris à l'Espagne, au titre de dédommagement des dettes du roi Philippe IV envers le Prince de Condé. Le Charolais n'est définitivement rattaché à la couronne de France qu'en 1760.





Paray-le-Monial (Saône-et-Loire)

Champ d'or, champ d'argent,  il change selon les époques, lui aussi. Le paon rouant (faisant la roue,  armes parlantes)  d'azur,  l'aigrette de sable, allumé du même, becqué et membré de gueules est lui constant, même de profil, becqué et membré de sable, chez La Planche ! .










Chalon-sur-Saône 
 (Saône-et-Loire)
Les annelets symboliseraient les murs de briques formant défense de la ville gallo-romaine de Cabilonum, carrefour de voies terrestres et fluviales. Ardents bonapartistes, les Chalonnais s'illustrèrent en 1814 par leur résistance à l'invasion autrichienne. En récompense, Chalon fut une des trois premières  villes décorées de la Légion d'honneur par décision de l'empereur Napoléon Ier pendant les Cent Jours, voir l'histoire → ICIsource texte : http://www.labanquedublason2.com/




Seurre (Côte-d'Or)

Seurre est une des premières villes de Bourgogne à obtenir lettre (1245) puis charte d’affranchissement (1278) de ses seigneurs et à profiter d’une autonomie enviable. C’est de cette époque que datent ses fortifications, ses armoiries et sa devise :" Loyale et Seure" ( jeu de mots).
source texte : http://www.seurre.fr/tourisme-et-culture/histoire/3-patrimoine.html



D'autres lieux ou villes sont juste décrits par le texte, sans blason ni mention s'y rapportant :

- Bailliage d' Autun :
Montjeu (château), Marcigny, Semur-en-Brionnais, Montcenis, Brandon, Anzy-le-Duc, Toulon (-sur-Arroux), Mont-Saint-Vincent.


# cependant, quelques années plus tard, quelques villes citées ont été enregistrées et blasonnées dans l'Armorial Général de France :  Semur-en-Brionnais, Montcenis, Toulon-sur-Arroux  ( ces blasons ont été abandonnés ou remplacés de nos jours).




- Bailliage de Chalon :
La Ferté-sur-Grosne (Abbaye), Verdun (-sur-le Doubs), Givry, Brancion, Sennecey (-le Grand), Louhans, Cuisery, Bellevesvre, Cuiseaux.

#  un lieu et une ville cités ont été enregistrés et blasonnés dans l'Armorial Général de France :  l'ancienne Abbaye cistercienne de la Ferté et Louhans (ces blasons ont été abandonnés ou remplacés de nos jours).:


 # et pour être complet avec l'Armorial Général de France, on peut encore rajouter ces dernières villes appartenant au bailliage de Chalon et qui n'a pas été mentionnée dans le manuscrit de La Planche:
-  Guiry (Givry) , avec semble-t-il une erreur d'orthographe !




A bientôt pour une nouvelle série ... →


Crédits :
parmi les blasons "modernes" certains sont empruntés et parfois modifiés à :
http://armorialdefrance.fr/
http://labanquedublason2.com/ (dessins :  Jean-Paul Fernon)
http://armoiries.free.fr/
 Et je remercie particulièrement les personnes responsables de la Bibliothèque et des Archives du Musée du Château de Chantilly :  http://www.bibliotheque-conde.fr/


             Herald Dick
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire